Nous n’avons pas d’opinion mais partageons simplement les articles de journaux sur cette nouvelle.

2020

Au Canada

Deux autres provinces retirent un lot de vaccins contre la grippe

Par Jérôme Labbé

Publié le 20 novembre 2020

Après le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et la Nouvelle-Écosse, le Manitoba et la Saskatchewan suspendent à leur tour l’utilisation d’un lot spécifique de Flulaval Tetra, un vaccin contre l’influenza produit au Québec et distribué par la compagnie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK).

Les gouvernements des deux provinces ont confirmé la nouvelle à Radio-Canada vendredi. Ainsi, des dizaines de milliers de doses issues du lot numéro KX9F7 seront mises de côté par le Manitoba et la Saskatchewan.

Samedi dernier, c’est le Nouveau-Brunswick qui a ouvert le bal après avoir recensé trois cas de manifestations cliniques inhabituelles dans la semaine ayant suivi l’administration du vaccin.

Une personne a développé le syndrome de Guillain-Barré; une autre, la myélite transverse; et une autre, une paralysie de Bell. Ces troubles neurologiques ont été qualifiés d’effets indésirables graves par le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick.

Il est encore trop tôt pour savoir si le vaccin est véritablement en cause. Par mesure préventive, toutefois, les gouvernements de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse ont annoncé lundi qu’ils allaient eux aussi suspendre l’utilisation du lot KX9F7.

Depuis, la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell, a tenu à rassurer la population, affirmant qu’il n’y avait « aucun doute », selon elle, que le vaccin contre la grippe saisonnière était sécuritaire.

D’ailleurs, les gouvernements manitobains et saskatchewanais ont tous deux déclaré vendredi qu’aucun événement indésirable n’avait été signalé dans leur province après l’inoculation des doses de vaccin tirées du lot KX9F7.

Santé Canada mène l’enquête

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) n’a pas encore envoyé de consigne à ses partenaires provinciaux concernant le lot KX9F7.

Santé Canada travaille présentement avec l’ASPC afin d’évaluer la situation, a fait savoir une relationniste par courriel jeudi. Lorsque notre évaluation sera terminée, nous pourrons effectivement faire des recommandations sur l’utilisation du lot.

La société GSK affirme pour sa part qu’elle travaille avec les autorités sanitaires canadiennes afin d’obtenir davantage d’information et qu’elle a enclenché [ses] propres enquêtes internes.

Nous communiquerons les conclusions de ces enquêtes aux autorités sanitaires canadiennes avec lesquelles nous travaillons ainsi qu’aux différentes provinces qui ont reçu des doses provenant du lot associé aux effets indésirables survenus au Nouveau-Brunswick, a promis par courriel une responsable des communications.

Près de 500 000 doses potentiellement retirées

En attendant la conclusion de ces enquêtes, cinq provinces ont donc demandé à leurs fournisseurs de soins de santé (hôpitaux, cliniques privées, etc.) de cesser temporairement l’utilisation des vaccins issus du lot KX9F7.

L’Ontario en avait obtenu 170 000; la Nouvelle-Écosse 120 000; le Nouveau-Brunswick 85 000; le Manitoba 64 000; et la Saskatchewan 35 000.

On ne sait pas exactement combien de ces 474 000 vaccins ont été administrés jusqu’à maintenant.

Au Nouveau-Brunswick, par exemple, la Dre Russell a indiqué que la plupart des 85 000 doses acheminées au avaient déjà été administrées, alors qu’en Saskatchewan, le gouvernement a déclaré que seules 4000 des siennes avaient été utilisées.

Au Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux a affirmé par courriel que 10 000 vaccins tirés du lot KX9F7 avaient été inoculés jusqu’à maintenant sans aucune déclaration de manifestation clinique inhabituelle.

Jusqu’à maintenant, plus de 2 300 000 doses de différents types de vaccin antigrippal ont été distribuées au Québec cet automne, a-t-il signalé, sans indiquer combien d’entre elles étaient spécifiquement issues du lot KX9F7.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1751230/vaccins-grippe-retrait-lot-kx9f7-glaxosmithkline-flulaval-tetra-influenza

Vaccination contre la grippe et interférence virale respiratoire chez le personnel du ministère de la Défense des États-Unis pendant la saison grippale 2017-2018:

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647

En Corée

Morts suspectes de 59 personnes vaccinées contre la grippe, l’inquiétude en Corée du Sud grandit

Publié le 28/10/2020 à 15:34 , mis à jour à 15:35

En Corée du Sud, 59 personnes sont décédées après s’être fait inoculer le vaccin contre la grippe. Aucun lien n’a été établi entre la vaccination et les décès. Les autorités se veulent rassurantes.

Pour éviter une double pandémie entre le Covid et la grippe, la Corée du Sud a opté pour la vaccination en masse de sa population contre la grippe.

Cette année, cette campagne devait permettre de vacciner 19 millions de personnes, toute la population des jeunes aux personnes âgées, et ce gratuitement.

Alors que la campagne de vaccination a débuté, un jeune lycéen de 17 ans en bonne santé est mort quelques jours après s’être fait vacciner. 

Et après cette mort inexpliquée, plusieurs décès un peu partout sur le territoire coréen ont été signalés, de septuagénaires et octogénaires principalement. Un total de 59 personnes, comme le précise RFI.

Leur seul point commun entre toutes ces morts était la vaccination quelques jours avant. 

L’autopsie assure qu’il n’y a pas de lien

L’autopsie du jeune garçon a assuré que la mort de l’adolescent n’avait aucune causalité avec le vaccin antigrippal, comme le rapporte KBS.

Ce qui n’a pas empêché les Coréens de commencer à se méfier du vaccin antigrippal. La méfiance s’est accentuée en même temps que l’augmentation du nombre de morts suspectes.

Et malgré les inquiétudes grandissantes, les autorités sanitaires sud-coréennes ont affirmé que le programme de vaccination contre la grippe se poursuivrait.

Une enquête en cours

L’Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies a affirmé qu’une enquête était en cours pour déterminer les causes de la mort de ces personnes et qu’il y aurait même des autopsies pratiquées. 

Jusqu’à ce jour, un total de 59 personnes, des personnes âgées de 70 à 80 ans pour la plupart, sont décédées après avoir été vaccinées contre la grippe saisonnière, contre 48 samedi dernier, a fait savoir l’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies dans un communiqué, rapporté par YNA.

Une investigation a montré que 46 décès n’auraient aucun lien avec le vaccin contre la grippe, a indiqué l’Agence de contrôle, qui a ajouté qu’elle effectuait une enquête sur les 13 autres décès.

Une suspension temporaire

Dans certaines régions de Corée du Sud, la suspension temporaire a quand même été décidée, même si cette décision va à l’encontre des autorités nationales.

par LAURE DUCOS

https://www.midilibre.fr/2020/10/28/morts-suspectes-de-59-personnes-vaccinees-contre-la-grippe-linquietude-en-coree-du-sud-grandit-9168714.php

La Corée du Sud continue les vaccinations contre la grippe malgré la hausse des décès suspects

26.10.2020 à 22h50replay time02:05

https://fr.yna.co.kr/view/MYH20201026021200884

Vaccin antigrippal : plus de 30 décès après inoculations

Written: 2020-10-23 13:03:38/Update: 2020-10-23 15:11:01

http://world.kbs.co.kr/service/news_view.htm?lang=f&Seq_Code=71549

Corée du Sud: les décès suspects de 59 personnes vaccinées contre la grippe inquiètent

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20201027-corée-sud-décès-suspect-59-personnes-vaccinées-contre-grippe-inquiète

2014

Grippe : l’Italie suspend le vaccin de Novartis après des morts suspectes

franceinfo avec AFP

France Télévisions

https://mobile.francetvinfo.fr/monde/italie/grippe-l-italie-suspend-le-vaccin-de-novartis-apres-des-morts-suspectes_756433.amp

2010

Un vaccin jugé «sûr» malgré 12 décès

https://www.lapresse.ca/dossiers/la-grippe-a-h1n1/201002/02/01-945676-un-vaccin-juge-sur-malgre-12-deces.php

Covid-19 : une étude avance que le virus circulait en Italie dès septembre 2019

Une étude menée par l’Institut national du cancer italien suggère l’existence de malades du Covid-19 dès septembre 2019, cinq mois avant le premier cas officiellement signalé en Italie.Article rédigé par

franceinfo avec Reuters

France Télévisions

Publié le 15/11/2020 19:36 Mis à jour le 17/11/2020 18:21

L’épidémie de Covid-19 a-t-elle circulé à bas bruit bien avant les cas repérés dans la ville chinoise de Wuhan, en décembre 2019 ? Une étude de l’Institut national du cancer italien, publiée mercredi 11 novembre, avance que le virus était présent en Italie dès septembre 2019. Dans ce pays, le premier cas officiel de Covid-19 avait été signalé le 21 février 2020, près de Milan, en Lombardie. 

L’étude s’appuie sur un panel de 959 patients qui participaient à un dépistage du cancer du poumon entre septembre 2019 et mars 2020. Les résultats de l’étude suggèrent que 11,6% d’entre eux avaient développé des anticorps contre le Covid-19, bien avant février.  

Une recherche spécifique des anticorps contre le Covid-19 a ensuite été menée par l’Université de Sienne. Les résultats tendent à montrer l’apparition d’anticorps chez quatre patients lors de la première semaine d’octobre 2019, suggérant ainsi qu’ils avaient été infectés au Covid-19 en septembre, a déclaré Giovanni Apolone, co-auteur de l’étude, à l’agence Reuters. 

Pour l’heure, l’origine exacte du virus reste encore largement méconnue. En France, des études ont montré que des patients avaient contracté le Covid-19 au début du mois de décembre 2019.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-une-etude-avance-que-le-virus-circulait-en-italie-des-septembre-2019_4182533.amp

Inde et Chine

« En Inde, l’épidémie de Covid-19 reste mal contrôlée et le ralentissement économique a un impact sur la production de médicaments alors que le pays est devenu en quelques années l’usine du monde avec la Chine dans le secteur. La production dans le pays a dû s’arrêter à la fin mars lors du confinement. La logistique a ensuite mis du temps à redémarrer. Ces retards d’il y a six mois peuvent se faire ressentir aujourd’hui au bout de la chaîne en Europe. Surtout que les transports n’ont pas repris, très peu d’avions volent à nouveau entre l’Inde et la France. »

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/video-covid-19-une-penurie-mondiale-de-medicaments_4180037.amp

Tout plein de bons vidéos sur Jeanne Traduction:

https://odysee.com/@JeanneTraduction:a

Le vaccin Pfizer augmente-t-il le risque de contamination et de mort par Covid19 ? par Sameer Al-DOUMY / AFP

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/le-vaccin-pfizer-augmente-t-il-le-risque-de-contamination-et-de-mort-par-covid19